Imprimer cette page
 
   
Saint-Maurice 7
André Aubry
1960
 
 





 

 

 

 

 

 

 


Construction formant une entité autonome, tant du point de vue structurel que stylistique, dans l'ordre de la rue. Durant le chantier, l'excavation d'un second sous-sol au-dessous du niveau du lac nécessite la création d'un cuvelage étanche et la reprise en sous-oeuvre des trois murs mitoyens.

Vu l'exiguïté d'une parcelle de 10 m de côté, l'architecte opte pour un système constructif associant ossature portante, mur-rideau, cloisons mobiles et plafonds suspendus. Dans la partie commerciale, jouant sur des tiers de niveaux, les planchers reposent sur des poutrelles croisées; dans les étages supérieurs, les dalles sont en béton armé. Tel un mobile visible de l’extérieur, l’escalier du magasin affirme la verticalité des circulations.

Au nord, l'ordonnance du mur-rideau traduit l'organisation interne et atteste un subtil travail de surface.

Le mobilier et les enseignes s’intégraient à une composition d'ensemble que des aménagements ultérieurs ont hélas banalisée.

Image 1960